Get Adobe Flash player



Pour comprendre

La fabuleuse histoire de M. et Mme Pognon

Lettre d'infos

Pour être informé des initiatives "Jeunes CGT".


Nom:

Email:

Veuillez rendre accessible en écriture le répertoire du cache !

Un train pour mémoire...

Un train pour mémoire d'Auswitch
Bannière
Accueil FAQ


La foire aux questions

Dans cette rubrique, toutes les réponses aux questions que vous vous posez le plus souvent sur le syndicalisme...

Ai-je besoin de me syndiquer pour participer aux actions ?

Participer aux actions, c’est essentiel et cela fait avancer les choses. Pourtant sans syndiqués, il n’y aurait pas de syndicats. Sans syndicats, il n’y aurait pas d’actions revendicatives construites pour préserver les acquis sociaux et gagner de nouveaux droits. De plus, l’action syndicale nécessite, en amont, un travail qui, même s’il est réalisé en grande partie par des bénévoles, a un coût (tracts, collecte des informations, moyens de communications…..). En te syndiquant, ta cotisation syndicale permet de faire vivre le syndicat dans son ensemble et renforcer son efficacité. Mais être syndiqué, c’est surtout avoir la possibilité de donner son point de vue, proposer et de débattre sur les orientations et les revendications que l’on souhaite, c’est renforcer le syndicat pour améliorer les conditions de travail et de vie des salariés.

Quel syndicat choisir pour défendre mes intérêts ?

La CGT est une confédération, c’est à dire une union de fédérations professionnelles regroupant diverses catégories de métiers. Elle défend dans les entreprises, les branches professionnelles et au niveau national, l’ensemble des salariés syndiqués ou non. Elle construit avec ses syndiqués, lors de congrès, les orientations et les revendications, tant au niveau de local (accords collectifs…) qu’au niveau national (retraite, sécurité sociale…). Si la CGT est la première organisation syndicale, c’est qu’elle a à maintes reprises montrées sa capacité à rassembler et mener des luttes pour l’amélioration du quotidien des salariés du public comme du privé.

Un syndicat, n’est-ce pas trop politique ?

Il est évident que lorsque la CGT choisit, par exemple de défendre le service public et de condamner la libéralisation et la marchandisation, il s’agit de choix politiques concernant ce que l’on attend de la société moderne en matière de solidarité et d’égalité d’accès à ces services. Cependant, la CGT, n’est rattachée et ne travaille pour aucun parti politique. Son seul objectif est la défense du salarié et pour cela, elle lutte contre tout acte pouvant remettre en cause le statut ou les conditions de travail de celui-ci et ce quelle que soit le gouvernement en place.

A quoi sert un syndicat ?

Un syndicat sert à défendre les intérêts individuels et collectifs des salariés. C’est une structure de proximité qui permet aux salariés d’une même entreprise de se rassembler pour élaborer ensemble des revendications pour satisfaire leurs besoins dans l’entreprise et dans la société.

Et pourquoi pas l’associatif plutôt que le syndicalisme ?

Il est certain que dans une société ou les notions d’entraide, d’éducation et de solidarité sont remplacées par l’individualisme et la répression, le milieu associatif a un grand rôle à jouer dans le quartier, la ville, le pays et même au niveau mondiale avec l’humanitaire et les forums sociaux. La CGT est d’ailleurs un partenaire actif avec le monde associatif (Greenpeace, comité des sans papiers, RESF…). Cependant, il n’a pas les compétences et la légitimité nécessaires pour régler les problèmes du salariat au sein de l’entreprise. Pour cela il existe des syndicats .Il n’y a donc pas lieu d’opposer deux types de militantisme dont le rôle fondamental est le même : améliorer le quotidien au sein de l’entreprise pour le syndicat et en dehors pour l’association. Sois conscient également qu’une association n’a pas d’impact juridique dans l’entreprise. Seul le syndicat, au travers de ces élus, peut intervenir.

Se syndiquer, n’est-ce pas se faire embrigader ?

Se syndiquer à la CGT, ce n’est pas avoir le petit doigt sur la couture, bien au contraire. A la CGT, il n’y a pas de chefs ni d’exécutants qui appliquent aveuglement. A la CGT, chaque syndiqué compte pour une voix, que l’on soit secrétaire général ou simple syndiqué. Chaque personne dans la CGT a ses convictions personnelles et le débat prend une place importante pour construire un syndicat responsable et efficace. Cependant, adhérer à la CGT, c’est partager des valeurs communes basées sur la solidarité, la démocratie, le respect et l’action collective, rassembleuse et unitaire.

Quelle est la place des jeunes dans la CGT ?

La CGT a toujours recherché la façon dont elle pouvait mieux accueillir les jeunes afin de les écouter, de les informer, de prendre en compte leurs problèmes spécifiques et de leurs permettre de prendre leurs places dans la CGT. C’est dans ce but que notre organisation a mis en place un espace appelé « Jeunes CGT » qui coordonne l’activité jeunes dans la CGT pour élaborer et porter les revendications des jeunes par l’intermédiaire de Collectif jeunes aussi bien fédéraux (comme les cheminots) que territoriaux (département,…).

"Dans ma boite se syndiquer c’est interdit ..."FAUX :

Se syndiquer est un droit garanti par la constitution. Seuls les militaires n’ont pas ce droit. Chaque salarié a le droit de se syndiquer dans le syndicat de son choix, même si celui-ci n’existe pas dans l’entreprise où il travaille et rien ne l’oblige à signaler son adhésion à l’employeur.

"la CGT ne syndique que les salariés de la fonction publique"FAUX :

Ce sont les médias qui donnent cette image pour diviser les mouvements (ex : retraite). Les salariés du secteur privé sont combattifs et la CGT y est fortement engagée. 52 % des syndiqués CGT travaillent dans le privé.

"Il n’y a pas de syndicat dans ma boite"PEUT ETRE :

Beaucoup de petites entreprises n’ont pas de syndicat. Les droits des salariés y sont peu respectés (négociations salariales annuelles obligatoires, respect des conventions collectives, ...). Tu peux te syndiquer directement dans la fédération CGT de ton métier (commerce, métallurgie...) ou dans une union locale, la structure de proximité qui se trouve dans toutes les villes de France et des DOM/TOM. Là, tu trouveras des militants qui mettront leur expérience à ton service. Tu peux aussi créer un syndicat dans ta boite, tu auras l’aide et le soutien de la CGT pour y parvenir.

"Je n’y connais rien, je ne comprends pas à quoi sert vraiment un syndicat"PEUT ETRE :

On ne nait pas syndicaliste, on le devient par nécessité ou par indignation face aux injustices. D’une part, il n’y a pas besoin d’avoir fait Science Po pour comprendre les divergences d’intérêts entre le patron et les salariés, tu le vis au quotidien. D’autre part, comme il y a des choses à savoir, tu pourras suivre un stage d’accueil dans ton syndicat, puis un stage d’une semaine dans ton union locale. Ils font partie du droit syndical, ils font partie de ton temps de travail et peuvent être rémunérés comme si tu travaillais. L’apprentissage et les connaissances se font aussi en rencontrant des gens plus expérimentés et se fera à vitesse grand V dans la pratique si tu as soif de savoir.

"Etre syndiqué, c’est risqué "VRAI :

Mais c’est plus risqué pour ton patron, c’est pour cette raison que les entreprises ne voient pas d’un bon œil les syndicalistes. Pour protéger le salarié, syndiqué ou non, il y a des voies légales (salariés protégés, lutte contre les discriminations syndicales, prud’hommes), et une autre voie : la solidarité syndicale dans ton secteur et ton union locale qui crée un rapport de force pour défendre les syndiqués et conquérir de nouveaux droits.

"Je suis précaire, je change de boite tout le temps"PEUT ETRE :

Mais tu resteras toujours un salarié et donc tu auras toujours intérêt à te défendre ! Si tu changes de métier investis-toi dans des structures interprofessionnelles, ou dans une fédération si tu changes juste d’employeur.

"la grève sert elle à quelque chose ?"OUI :

En travaillant, tu rapportes de l’argent à ton entreprise et souvent à de gros actionnaires. Si tu fais grève, tu perdras 1/30ème de ton salaire par jour de grève mais tu peux gagner beaucoup plus sur le long terme (augmentation de salaires, améliorations des conditions de travail...). De plus, la solidarité peut limiter les pertes salariales. Par ailleurs, il y a d’autres formes de luttes, qui doivent être utilisées avant la grève (négociations, pétitions, rassemblements, action juridique...) Les modalités de lutte doivent être adaptées à l’ampleur de la revendication ou d’un objectif. les syndicats n’appellent pas à la grève par plaisir mais bien parce que toutes les tentatives de dialogue social ont échoué. Les grands acquis sociaux tels que les congés payés, l’augmentation massive des salaires, sont le fruit de grèves massives (1936, 1968, ...).

"il y a trop peu de salariés dans ma boite"PEUT ETRE :

Souvent les petites boites, sont de fausse petites boites, qui ont des capitaux communs avec d’autres. Cela s’appelle une unité économique et sociale qui dépasse souvent en fait les 50 salariés. Si on la fait reconnaitre légalement, elle donne des droits syndicaux (Comités d’entreprises, délégués du personnel...) S’il s’agit d’un sous-traitant ou d’une vraie petite entreprise, il existe des syndicats de site et les structures interprofessionnelles déjà citées.